De plus en plus de chiens développent des troubles digestifs et des allergies alimentaires.
Alors comment diagnostiquer l’allergie alimentaire et surtout comment la soigner ?

Sachez qu’un chiot ne naît pas allergique. Une allergie alimentaire se déclenchera entre 10 mois et 6 ans parfois même plus.
Les allergies ont un caractère héréditaire. Il existe ainsi des races très prédisposées et de véritables familles de chiens atopiques. Les races les plus souvent atteintes sont : Beauceron, Bouledogue français, Boxer, Bulldog anglais, Cairn terrier, Chihuahua, Golden retriever, Labrador, Setter, Shar-peï, West Highland White terrier, Yorkshire terrier,…

 

Tout d’abord rappelons qu’est-ce-qu’une allergie ?

 
C’est une réaction exacerbée du système immunitaire, c’est-à-dire des défenses de l’organisme, vis-à-vis d’un agent extérieur à l’organisme, que l’on nomme « allergène ».

Les allergies alimentaires se manifestent par plusieurs symptômes qui peuvent parfois être mal interprétés car parmi eux certains sont identiques à d’autres maladies. Il est dans tous les cas primordial d’établir un diagnostic avec votre vétérinaire.

 

Quels sont les signes d’une allergie alimentaire ?

– Les otites externes (votre chien se secouera régulièrement la tête, se grattera les oreilles et vous verrez une oreille rouge avec parfois des croûtes). Des otites à répétition sont souvent le signe d’une allergie.

– Votre chien se gratte constamment et se lèche beaucoup. Il peut même se frotter contre des murs, le sol, des meubles pour soulager ses démangeaisons.

– Les éruptions cutanées (rougeurs, prurit : trouble de fonctionnement des nerfs cutanés, provoquant des démangeaisons, dû à une affection de la peau, ou à une pathologie générale., croûtes, boutons) et des points chauds sur la peau. Les coussinets des pattes sont rouges et gonflés (pododermatite).

– Perte excessive des poils, pellicules et parfois même des trous dans le pelage.

– Irritation des yeux avec gonflement et écoulement oculaire.

– Des troubles digestifs comme des vomissements et de la diarrhée.

– Des éternuements, respiration sifflante, de la toux, des convulsions et des symptômes asthmatiques.

 

Quels tests peuvent être faits par le vétérinaire pour diagnostiquer l’allergie alimentaire du chien ?

Grâce à l’examen général de votre chien (localisation des lésions, les symptômes), aux réponses à ses questions et écartement de puces ou de la gale suite à son diagnostic, la réaction à certains traitements, le vétérinaire pourra diagnostiquer qu’il s’agit bien d’allergies alimentaires et faire des tests.

– Tests cutanés :
Le principe est d’injecter une petite quantité d’un allergène dans la peau et d’observer la réaction au bout d’une dizaine de minutes. S’il apparaît une réaction large et rouge, c’est que le chien est sensible à l’allergène injecté. Cet examen n’est pas douloureux et permet l’obtention de résultats rapides et fiables. C’est le même type d’examen que pour les hommes.

– La prise de sang :

Elle permet de doser certaines immunoglobulines (famille de protéines jouant un rôle important dans la défense de l’organisme) spécifiques d’allergènes. C’est à dire de tester la réaction de ces protéines aux acariens par exemple, moisissure… Des allergènes présents dans notre environnement.

– Le régime d’éviction :

Quand le chien réagit à de nombreux aliments mieux vaut passer à la ration ménagère car les croquettes même avec les marques hypoallergéniques… contiendront toujours des traces lors de la fabrication industrielle d’autres aliments. À l’aide du vétérinaire, il faudra établir un menu équilibré avec souvent de l’huile de colza crue pour les acides gras essentiels, une source de protéine avec de la viande ou du poisson (autruche, canard, lapin, cheval ou du poisson blanc) et des féculents comme le tapioca par exemple ou le quinoa. Les quantités seront adaptées aux besoins du chien et sa morphologie. Ce régime consiste donc à donner au chien des aliments qu’il n’a jamais mangé.

Ce régime doit être extrêmement strict : aucun reste de table, ni friandise. La seule friandise autorisée est quelques dés de la viande prescrite. Cela peut paraître contraignant et long car si le chien réagit à un ingrédient il faudra attendre un mois avant de pouvoir en tester un nouveau et ainsi de suite mais cela apportera à votre chien une alimentation saine.

Ensuite une fois les signes cliniques de dermatite disparus, le vétérinaire réintroduira un par un des aliments déjà mangés par le chien afin de voir sa réaction et trouver le ou les aliments responsables de ses allergies.

 

Comment traiter les allergies alimentaires du chien ?

Une fois que le diagnostic est tombé et qu’on connaît les allergènes, un traitement et un mode de vie pour le chien va être mis en place.
Il faudra donc bien sûr éliminer du régime alimentaire les aliments en question. Il existe aussi des traitements de désensibilisation pour certains allergènes.
On ne juge pas de son efficacité avant 6 à 12 mois de traitement et cette efficacité n’est pas toujours une guérison, mais une nette diminution de la gravité des réactions allergiques.

En complément du changement de régime alimentaire, vous aurez sûrement besoin de faire des soins locaux à votre chien comme le bain avec un shampooing spécial type Malaseb , contrôle des puces régulièrement, un nettoyage des pattes et des oreilles régulier, inspection des zones à risque, brossage doux…
Il faudra parfois donner de la cortisone à votre chien mais attention uniquement quelques jours pour le soulager.

Un chien allergique (atopique) le sera toute sa vie car c’est dans son patrimoine génétique mais en respectant à la lettre son régime alimentaire et certains soins locaux, les signes de réaction seront fortement atténuer voir complétement disparus.

Responses

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

+

  1. Marianne Marie-anne

    ma chienne etait allergies aux oeuf car elle se cratée tou le temps je l’avait ramener chez le véto et a fait une prise de sang qui on pu trouver son allergies aux il faire attention s’il pas d’oeuf sur les aliments ces vraiment très pénible