La leishmaniose est une maladie parasitaire très grave, transmise au chien par une piqûre d’insecte vecteur appelé le « phlébotome ».

Cet insecte vit de mai à Septembre et peut piquer votre chien jusqu’à cent fois en une heure !
On observait cette maladie en France auparavant dans le bassin méditerranéen mais dorénavant avec le réchauffement climatique les zones touchées ne cesse de s’étendre.

Cette maladie peut être classé en deux catégories :
– une réaction cutanée
– une réaction viscérale (également connue sous le nom de la fièvre noire) forme la plus sévère de la leishmaniose.

L’infection se transmet lorsque les phlébotomes porteurs de la leishmaniose piquent la peau du chien.
Les parasites sont alors déposés sur la peau du chien. Une petite lésion apparaît (le plus souvent sur le museau du chien ou sur son oreille) puis le parasite envahit les cellules du chien, les organes…

Leishmaniose chien

La période d’incubation d’une infection symptomatique est généralement comprise entre un mois à plusieurs années.
Chez les chiens, elle se propage toujours dans le corps à la plupart des organes et les chiens presque tous infectés développent une maladie viscérale ou systémique.
Le chien aura aussi dans 90% des cas une réaction cutanée. Il n’y a pas d’âge, de sexe ou de race de prédilection.

Les principaux systèmes d’organes touchés sont la peau, les reins, la rate, le foie, les yeux et les articulations.
La réaction cutanée provoquera des lésions sur la peau, et la perte de poils.

Il est aussi important de noter que la leishmaniose est une zoonose, c’est à dire une infection transmissible de l’animal à l’homme et vice versa.

Symptômes :

Il existe deux types de leishmaniose observés chez les chiens : viscérale et cutanée.
Chaque type affecte les différentes parties du corps du chien.

Viscérales – affecte les organes de la cavité abdominale :
– Grave perte de poids.
– Perte d’appétit (anorexie).
Diarrhée.
– Vomissement.
– Saignement de nez.
– Intolérance à l’exercice.

Cutané – affecte la peau :
– Hyperkeratosis, un épaississement de l’épiderme, dépigmentation (perte de la couleur de la peau), et gerçures du museau.
– Alopécie : manteau de poils secs, cassants avec une perte de poils symétrique.
– Nodules se développant généralement sur la surface de la peau.
– Nodules et les ulcères intradermiques peuvent être vus.
– Ongles anormalement longs ou fragiles sont une constatation spécifique chez certains chiens.

Autres signes communs de la maladie :
– Lymphadénopathie – maladie des ganglions lymphatiques avec des lésions cutanées.
– Émaciation.
– Les signes d’insuffisance rénale – miction excessive, une soif excessive, des vomissements possibles.
– Névralgie – trouble douloureux des nerfs.
– Douleur dans les articulations.
– Inflammation des muscles.
– Lésions ostéolytiques – une zone « découpée » avec perte osseuse sévère.
– Inflammation du revêtement des os (peu fréquent).
– Fièvre

Les zones à risques :

63 départements français sont touchés par la Leishmaniose.

Carte france leishmaniose

La zone la plus dangereuse pour cette maladie reste le Sud de la France mais cette infection s’étend maintenant même en Europe du Nord à cause de chiens infestés qui voyagent mais aussi à cause du réchauffement climatique.

Cette maladie touche plus la zone rurale qu’urbaine. En ville, cet insecte se rencontre bien sûr majoritairement dans les endroits boisés (parcs, jardins, …).

Diagnostic :

Votre chien commencera à avoir des symptômes des mois voir des années après avoir été contaminé par le moucheron phlébotome.

Votre vétérinaire effectuera un examen physique complet de votre chien, en tenant compte de l’histoire des symptômes et d’éventuels incidents qui auraient pu conduire à cette condition.

Un examen sanguin complet sera effectué, y compris un profil sanguin chimique, une numération formule sanguine complète et une analyse d’urine.

Votre vétérinaire sera à la recherche de preuves de maladies telles que le lupus, le cancer et la maladie de Carré, autres causes possibles des symptômes.

Des échantillons de tissus de la peau, de la rate, de la moelle osseuse ou des ganglions lymphatiques seront pris pour la culture en laboratoire.

Comme il y a souvent des lésions sur la surface de la peau , une biopsie de la peau sera faite.

La plupart des chiens atteints de leishmaniose ont des niveaux élevés de protéines et de gammaglobulines, ainsi qu’une activité enzymatique élevée du foie. Votre vétérinaire devra éliminer la fièvre à tiques comme la cause des symptômes, et pourra tester pour le lupus, afin de l’exclure ou le confirmer en tant que cause.

Traitement :

Malheureusement la leishmaniose provoque à plus ou moins court terme la mort du chien.

À moins que votre chien soit très malade, il sera traité en ambulatoire. Si la maladie est trop étendue, vous devrez peut-être envisager l’euthanasie parce que le pronostic est très mauvais pour ces animaux.
Vous verrez avec votre vétérinaire quelle est la meilleure solution car le traitement est long, avec parfois des effets secondaires importants, il est onéreux et ne permettra jamais l’éradication du parasite.

Si votre chien n’est pas gravement infecté, votre vétérinaire vous prescrira une protéine alimentaire de haute qualité, qui est conçu spécifiquement pour l’insuffisance rénale si nécessaire. Vous aurez à faire des injections quotidiennes pendant plusieurs semaines.
Il faudra ajouter à cela souvent d’autres médicaments à faire avaler à votre chien.

Malgré ce traitement, vu que la maladie ne ne partira jamais, il faudra un suivi vétérinaire pour votre chien important.

Cette maladie est une zoonose et les organismes résidant dans les lésions peuvent être communiquées à l’homme. Ces organismes ne seront jamais entièrement éliminés, et la rechute, nécessitant un traitement, est inévitable.

Prévenir la leishmaniose :

Depuis Septembre 2011, après une vingtaine années de recherches, il existe un vaccin contre la leishmaniose.
Pour pouvoir faire ce vaccin, votre chien doit avoir plus de six mois.

Il faudra respecter un calendrier bien précis que votre vétérinaire établira.
La primovaccination consiste en trois injections à trois semaines d’intervalle, puis ensuite un rappel annuel.

Si vous êtes dans une zone à risque, enfermer votre chien à l’intérieur de votre logement pendant la soirée et la nuit car on sait que les
phlébotomes sont plus actifs la nuit.

Il faut traiter votre chien avec un antiparasitaire soit sous forme de pipettes soit sous forme de collier.

Responses

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

+

  1. Doggie Flair

    Oui il coûte cher. Apres ça dépend où vous partez aussi avec Joziane. Hermione ne va jamais dans les zones à risque donc… Mais Jango si donc il est vacciné.